S’ORIENTER SOLUTION(S)

Mais qu’est-ce que c’est que ce titre? S’orienter solutions! C’est une syntaxe correcte???

Non peut-être pas, mais c’est ce que j’ai appris à faire avec le coaching. C’est un peu des maths finalement: j’ai un problème à résoudre dans ma vie. Eh bien je vais m’y coller pour trouver la réponse ou la solution. A chaque problème sa solution, à chaque pot son couvercle, à chaque frite sa dose de mayo! Faire-de-la-mayonnaise-en-1-minute

A bien y regarder, et vraiment quand je regarde de près, oui approchez vous, encore, plus près, LE PROBLÈME N’EN EST PAS UN! Oui! Je l’affirme! c’est moi, non, plus maintenant, c’est vous, qui appelez votre problème un problème. C’est parce que JE voyais l’élément difficile de ma vie comme un problème qu’il en était un. Et de là, découle stress, tension, plaintes, critiques, jalousie, mauvaise humeur… C’est parce que JE lui laissais prendre vie que ce nuage gris se formait dans ma tête. Et JE le concrétisais dans ma vie par mes ressentis désagréables, mes comportements inégaux pour moi-même et avec mon entourage. Pourquoi alors le laisser faire et m’envahir ainsi? Parce que JE concentrais mon attention sur la question (ou problème). Quand je dis « attention », attention! J’entends énergie. Exemple: Lorsque quelque chose vous fait peur, vous vous figez?! C’est un réflexe naturel de survie. Par contre, se figer trop longtemps sur la source de la peur, peut à la fois vous ouvrir les portes du musée Grévin, mais aussi causer votre mort; ou plus actuellement, vous embourber dans un machonnage bovin du dit problème.

Donc, ok, j’ai eu peur, et maintenant qu’est-ce que je fais? J’ai re-peur! Ok, après??? Non c’est bon pas encore!!! A présent, je regarde ma peur, je l’observe, car je l’ai bien ressenti et re-ressenti! Est-ce qu’elle m’est utile? En quoi m’est-elle utile? Qu’est-ce que cette peur a-t-elle à m’apprendre? Je la rationalise comme si c’était une information. Et à partir de là, je peux l’utiliser pour bouger! -Possibilité de remplacer le mot « peur » par « problème »-

Ce lien entre peur et problème (qui pourra faire l’objet d’un autre article), fait remonter à la surface l’endroit où je place mon attention et le temps où je la concentre. En effet, ces deux facteurs, vont augmenter exponentiellement la puissance de mon problème au carré multiplié par √π + ∑Δ ♠Ω!!! Comme des vases communiquant; plus je pose mon attention là et moins j’en ai ici. Le problème ou peur devient un aspirateur de votre énergie physique, mentale, spirituelle, calorique, solaire, et cinétique.

Pour sortir de cette équation à multiples inconnus (3)- les inconnus ont toujours été 3! les-inconnus-le-retour-obrother_013311Sinon ce sont juste 2 gars sympas- il faudra relire le titre de l’article. Car j’ai bien tourné mon problème dans tous les sens et souvent dans les mauvais, n’est-ce pas? Dites moi si votre réflexion sur votre problème de vie vous emmène pas direct vers des situations sinueuses souvent savonneuses et stressantes sans solutions sereines?! Donc une fois que j’ai bien suer à imaginer le pire, pour bien me faire peur (relire en haut), là je commence à me dire qu’avant d’en arriver là, il existe bien d’autres solutions, et je remonte le fil de mes options. Ces dernières s’avèrent de plus en plus ingénieuses et surtout moins douloureuses pour me rendre heureuse (ah non je suis un gars, c’est juste pour la rime!). Donc je comprends à ce niveau-ci, de ce dont je suis capable. Ouiiiii, j’ai un super pouvoir, enfin, yes, je le savais! Et vous aussi, vous avez ce super pouvoir! C’est beau, hein? Et ce super pouvoir c’est ma (votre) capacité à trouver des solutions tout(e) -ou presque- seul(e) aux complications de la vie.

Quand je me rends compte de ce potentiel qui est en moi, alors tout à coup, j’abaisse mon niveau de stress, tout d’abord: 1.parce que je comprends que je peux avancer avec ma peur ou « problème » sous le bras, 2.qu’il ne m’empêche pas d’avancer, 3.qu’en agissant je réduis mon « problème » à la fois dans ma tête et physiquement dans ma vie. Ainsi, grâce à tous ces bénéfices je vais pouvoir raccourcir tout le chemin que j’ai parcouru depuis le début de l’article afin d’être plus réactif. Je pourrais passer en mode solution(s) plus rapidement car je connais le trajet (et il est long et douloureux), car je sais que que je serais plus serein(e) avec moi-même, car j’en suis désormais capable et que je me fais confiance.

Je tiens à citer un exemple d’une amie. Son témoignage m’a touché d’une part parce que ma posture d’aujourd’hui l’inspire (comme la sienne m’inspire aussi), et d’autre part, car je connais son parcours et que je suis heureux des efforts qu’elle accomplie pour devenir une meilleure personne pour elle et pour sa famille. Bravo.

Elle me dit (attention au langage, on dirait qu’elle fréquente un coach ;)): « croyance limitante: je suis incapable de (…); Travail sur soi et affirmation positive: c’est moi qui l’ai fait!!! Trop fière de moi! »

-elle faisait face à un problème et se convainquait qu’elle ne pouvait se résoudre à le résoudre. Aujourd’hui, elle a décidé de trouver la solution elle-même et d’agir! Résultat: elle a réussi, et en plus elle est fière d’elle! Youpiiiiii!

Vous avez encore le mot « problème » dans votre vocabulaire?

prb-solution

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s