Arrêtez d’aider les autres!

Bonsoir, bienvenue, bonjour, peut-être

Laissez les autres faire leur taf! Alors par leur taf j’entends bien sûr leurs actions, ce qu’il/elle doit faire, arrêter d’aider les autres

Je suis Philippe Pons, coach professionnel de http://www.toutaffuter.com

Quand je dis d’arrêter d’aider les autres, ce n’est pas arrêter d’aider quelqu’un qui se casse la gueule dans la rue; c’est plutôt laisser les autres faire, laissez leur la responsabilité de leurs actions.

Par exemple, quelqu’un qui est en train de se plaindre parce qu’il/elle doit appeler quelqu’un, parce qu’il/elle doit dire à quelqu’un quelque chose et vous vous mettez au milieu et vous dites: »t’inquiète, moi je vais lui en parler, moi je vais le faire! »

NON, laissez le/la faire, laissez le/la prendre ses responsabilités. Ce n’est pas parce qu’il/elle se plaint que vous êtes dans l’obligation de l’aider sur ce qu’il/elle doit faire par lui/elle-même. Ou quand il/elle pose une question en l’air genre : »qu’est-ce qu’il y a à la télé ce soir? » « Attends je vais tout de suite répondre! »

Ce sont des exemples tous bêtes mais ça peut être plus compliqué que ça dans votre travail, dans votre relation. Toute la journée vous pouvez être sollicité indirectement par les autres. Donc laissez la responsabilité aux autres de faire ce qu’ils ont à faire

Faites vos actions pour vous, ça vous dégagera beaucoup d’énergie pour vous-même!

Ce que je veux dire c’est qu’on passe trop de temps et trop d’énergie à aider les autres. D’une part, ça ne va pas les aider dans ce qu’ils/elles ont à faire et dans leur comportement parce qu’ils/elles vont toujours venir vous demander de l’aide parce qu’ils/elles savent qu’ils/elles peuvent compter sur vous mais c’est pas vraiment compter comme avoir confiance en vous c’est plutôt vous utilisez mais ça va être inconscient de leurs part.

Laissez leur leur responsabilité et vous-même apprenez à vous frustrer sur cette sensation de tout le temps avoir envie d’aider les autres. D’une part vous ne les aidez pas et d’autre part vous gaspillez votre énergie à aller faire tout et n’importe quoi pour les autres qui ne vous le demande pas en plus!

Partager cet article si vous sentez que ça peut être utile à quelqu’un qui est dans l’aide constante aux autres et qui a besoin de ça pour ça pour se nourrir

Je vous souhaite une bonne soirée ou une bonne journée

à très bientôt

Comment se rebooster en 3 secondes

Bonjour,

aujourd’hui je voulais vous partager ça :

Un moment de calme et de paix et un exercice boostant!

Ici à la montagne, avec un invité de marque, le dog mms_20180827_092654, on est venu se ressourcer, se balader à la montagne, pour s’énergiser, s’énergiser de la terre, s’énergiser de la montagne, s’énergiser de la nature et des animaux environnants parce qu’il y a des élevages qui sont là dans le coin. S’énergiser du silence, de la paix.

Je suis en train de parler de paix et ici j’ai l’impression de trouver la paix intérieure, c’est pas qu’une impression, c’est une sensation de paix intérieure.

J’étais un peu agité avant de venir, sur le chemin j’essayais de trouver la paix intérieure, de me poser parce que j’avais des sensations, des ressentis dérangeants, inconfortables où j’étais pas à l’aise, j’étais pas bien. Je sais pas trop pourquoi ça m’arrive, je ressens des choses dont je ne sais pas forcément l’origine, je n’en connais pas la cause, je me sens vraiment bas, vraiment down. Parfois c’est dur de remonter, de sortir de cet état.

Venir comme ça dans la nature c’est un des points pour être mieux. C’est super important pour moi.

Il y a d’autres trucs aussi; par exemple, c’est d’aller chercher au fond de soi l’énergie pour bouger, pour changer l’émotion (bouger, remuer,  faire des sauts sur place, respirer fort)

J’ai fait un cours vendredi de recentrage corporel où, à la fin,  je propose d’augmenter sa respiration petit à petit, augmenter le rythme de respiration, augmenter la fréquence de respiration et de bouger sur place.

Nous allons le faire tout de suite:

Si je suis dans un état morne, pas la forme, pas la patate, ce qu’on peut faire c’est ça: inspirer et expirer.

J’inspire profondément je me recentre, j’inspire profondément j’ouvre ma cage thoracique, je remonte le menton, je redresse les épaules, je me tiens bien droit, et quand j’expire, j’imagine que je repousse les tensions. J’inspire, j’imagine que j’intègre de l’énergie positive et quand j’expire, j’expire les tensions puis je vais augmenter le rythme des inspirations et des expirations.

Vous pouvez fermer les yeux pour le faire et commencez à bouger sur place; je commence à sautiller sur place, je commence à bouger et petit à petit j’augmente mes inspirations-expirations. Je me charge en énergie jusqu’à un point culminant et je vais compter 3 2 1 0 et à 0 on peut éclater !

On va lâcher l’énergie 3, 2, 1, 0 « CRI » yes!

Voilà on a changé l’état interne. On s’est reboosté de l’intérieur et là on est des tigres, des sauvages. On est complètement transformé de l’intérieur parce que j’ai fait remonter l’énergie qui était enfouie. J’ai aussi absorbé l’énergie qu’il y avait autour de moi et je me suis créé l’énergie moi-même et j’ai pu sortir de cet état interne. Vous pouvez pas savoir comme j’ai la grosse patate maintenant pour redescendre.

C’est de la super énergie positive, c’est pas de l’énergie énervée au contraire, c’est de l’énergie d’action que je vous envoie!

bonne journée

Fais ch…, je parle mal!

Hello, voici une nouvelle idée que je voulais vous partager :

(retrouvez la vidéo de l’article ici :https://youtu.be/XpzjDH_WHVI)

Rester authentique le plus possible; dans une de mes vidéos (https://www.youtube.com/watch?v=RT0LdSxmjVU&t=3s), je dis « fais chier », j’ai donc un langage un peu châtié, et il y a quelques temps, je ne l’aurais pas fait. Avant de dire ça, j’aurais dit à la place « ça m’ennuie », « ça m’embête », mais ça n’avait pas du tout la même énergie. Quand j’en parlais avec mon ami coach Jérémy Michalkiewicz, les mots n’ont pas la même énergie dans ce qu’ils envoient.

Au début, ça peut sortir avec des mots fleuris. Je n’ai pas ce tempérament de parler avec ce type de langage, je choisissais des mots corrects pour correspondre à une image de bon garçon mais en même temps je retenais l’énergie que je voulais envoyer. En utilisant des gros mots, je cassais la bonne image que je voulais donner. Et je libérais enfin mon énergie. L’énergie d’être moi-même. D’oser être moi dans ce monde.

Aujourd’hui, j’apprends à ne plus retenir cette énergie, et à balancer des mots forts. Quand je saurais envoyer la même énergie avec d’autres mots, je le ferais.

Il y a une vrai différence entre les mots, une différence de puissance énergétique. Le but c’est de canaliser cette énergie dans des mots de tous les jours. Ressentez la différence de ces mots. Apprivoisez l’énergie des mots châtiés, pour amener la même puissante énergie dans un langage quotidien quand vous en aurez besoin (positionnement, dire non…)

Le but n’est pas de parler mal à tout bout de champs, le but est d’observer dans quelle énergie vous vous sentez dans ces moments, et de savoir canaliser cette énergie pour mieux la manipuler, et l’orienter utilement. Vers une intention positive pour vous et vos relations.

Bonne expression!

 

Le blues du dimanche soir

Salut les affutés,

retrouvez la vidéo ici: https://youtu.be/0ZwxYSgF86M

C’est dimanche et même, c’est le blues du dimanche soir! Parce que lundi matin, on reprend le travail. Pour une partie de la population c’est le blues, faut se remettre à bosser, parfois dans un boulot qu’on aime pas forcément, ou parce qu’il y a des contraintes au travail, même si on aime son job.

Donc pour passer un meilleur dimanche, enfin, une meilleure fin de dimanche, je vous propose de faire le point sur 3 moments, que vous avez vécu comme supers, géniaux pour vous durant le weekend. Ceci pour vous remettre dans un état où vous étiez heureux, content, satisfait, et où vous vous sentiez super bien.

Concentrez vous sur ces moments pour les graver et qu’ils deviennent inoubliables, qu’ils se transforment en souvenirs, pour ancrer vos émotions positives dans votre corps et ressentir du plaisir.

Pour que vous soyez en super forme le dimanche soir et que vous attaquiez le lundi matin à votre travail, au bureau ou dehors avec le feu en ce début de semaine .

Bon dimanche soir, pensez profondément à ces 3 moments.

Dans quelle énergie vous êtes, ce matin?

Autant la transformer, si c’est une énergie basse, pour passer une super journée et pouvoir vous attirer un maximum de bonnes choses!

Dans quelle énergie je suis, ce matin?

Dans quelle énergie vous êtes, ce matin?

lien vers la vidéo de l’article : https://youtu.be/4wLChM3S-0U

Selon l’énergie dans laquelle vous êtes, ça va déterminer votre journée et vous allez passer quasiment toute la journée avec l’énergie dans laquelle vous démarrer.

Autant la transformer, si c’est une énergie basse, pour passer une super journée et pouvoir vous attirer un maximum de bonnes choses!

Comment faire? Plusieurs choses:

-faire des exercices de respiration,

-et/ou les allier a des exercices sportif, des exercices physiques léger le matin sans trop faire souffrir les articulations, pour pouvoir s’oxygéner, pour pouvoir évacuer les tensions qu’on peut avoir, les rêves, qui auront pu être difficiles, car ceux-ci nous mettent dans un certain état (même si on ne s’en rappelle plus). Ça m’est arrivé d’avoir de mauvaises sensations au réveil parce que j’avais rêvé d’un truc difficile, qui était dur, et du coup j’étais pas bien, j’étais mal dans ma peau et cette sensation a duré longtemps.

Ce que je fais alors:

-Je respire profondément le matin,

-Je me mets une musique énergisante, j’essaye de me booster différemment pour éviter de rester dans cette énergie basse comme je disais; cette énergie qui va vous attirer vers le bas et qui va vous empêcher d’avoir de super résultats, des moments heureux, dans votre journée.

A très bientôt

Cassez vos dynamiques

Je veux vous partager une astuce pour rester énergisé le plus possible.

D’abord, prenez bien conscience de votre état en le nommant: exemple; je suis content, je me sens rempli de joie. Et musclez le: à n’importe quel moment de la journée, demandez vous: je suis … je me sens …

Une fois que vous avez appris à repérer et conscientiser votre état interne, vous pourrez alors passer à la deuxième étape: CASSER LES DYNAMIQUES.

Une dynamique est un mouvement, une énergie qui circule. Cependant, à parfois trop « baigner » dedans, la dynamique se transforme et vous stagnez. Votre énergie y est noyée. C’est pourquoi je vous propose d’agir en changeant d’actions, de mouvement, d’endroits, de personnes. Pas tout à la fois bien sur!

L’important c’est qu’à l’instant de plonger dans un moment doucereux, vous soyez capable de vous dire : « OK, je sens que dans ce moment là, je perds de l’énergie, je me sens faiblir, ramollir, je perds la motivation, je suis mécontent de moi, je n’ai plus de plaisir, je me force à, je fais plaisir à, … donc je me sens capable de couper ce moment qui ne m’apporte rien, qui m’ôte mon énergie, qui m’affaiblit… pour aller vers quelque chose qui va m’inspirer, me permettre de respirer, de reprendre confiance, de me sentir fier(e) de moi, de me sentir vivant(e)…

Plus tard, vous serez capable d’anticiper la baisse d’énergie, et vous changerez de dynamique avant même de ressentir cette perte, vous vous apporterez ainsi de l’énergie sans faiblir.

S’ORIENTER SOLUTION(S)

là je commence à me dire qu’avant d’en arriver là, il existe bien d’autres solutions, et je remonte le fil de mes options.

Mais qu’est-ce que c’est que ce titre? S’orienter solutions! C’est une syntaxe correcte???

Non peut-être pas, mais c’est ce que j’ai appris à faire avec le coaching. C’est un peu des maths finalement: j’ai un problème à résoudre dans ma vie. Eh bien je vais m’y coller pour trouver la réponse ou la solution. A chaque problème sa solution, à chaque pot son couvercle, à chaque frite sa dose de mayo! Faire-de-la-mayonnaise-en-1-minute

A bien y regarder, et vraiment quand je regarde de près, oui approchez vous, encore, plus près, LE PROBLÈME N’EN EST PAS UN! Oui! Je l’affirme! c’est moi, non, plus maintenant, c’est vous, qui appelez votre problème un problème. C’est parce que JE voyais l’élément difficile de ma vie comme un problème qu’il en était un. Et de là, découle stress, tension, plaintes, critiques, jalousie, mauvaise humeur… C’est parce que JE lui laissais prendre vie que ce nuage gris se formait dans ma tête. Et JE le concrétisais dans ma vie par mes ressentis désagréables, mes comportements inégaux pour moi-même et avec mon entourage. Pourquoi alors le laisser faire et m’envahir ainsi? Parce que JE concentrais mon attention sur la question (ou problème). Quand je dis « attention », attention! J’entends énergie. Exemple: Lorsque quelque chose vous fait peur, vous vous figez?! C’est un réflexe naturel de survie. Par contre, se figer trop longtemps sur la source de la peur, peut à la fois vous ouvrir les portes du musée Grévin, mais aussi causer votre mort; ou plus actuellement, vous embourber dans un machonnage bovin du dit problème.

Donc, ok, j’ai eu peur, et maintenant qu’est-ce que je fais? J’ai re-peur! Ok, après??? Non c’est bon pas encore!!! A présent, je regarde ma peur, je l’observe, car je l’ai bien ressenti et re-ressenti! Est-ce qu’elle m’est utile? En quoi m’est-elle utile? Qu’est-ce que cette peur a-t-elle à m’apprendre? Je la rationalise comme si c’était une information. Et à partir de là, je peux l’utiliser pour bouger! -Possibilité de remplacer le mot « peur » par « problème »-

Ce lien entre peur et problème (qui pourra faire l’objet d’un autre article), fait remonter à la surface l’endroit où je place mon attention et le temps où je la concentre. En effet, ces deux facteurs, vont augmenter exponentiellement la puissance de mon problème au carré multiplié par √π + ∑Δ ♠Ω!!! Comme des vases communiquant; plus je pose mon attention là et moins j’en ai ici. Le problème ou peur devient un aspirateur de votre énergie physique, mentale, spirituelle, calorique, solaire, et cinétique.

Pour sortir de cette équation à multiples inconnus (3)- les inconnus ont toujours été 3! les-inconnus-le-retour-obrother_013311Sinon ce sont juste 2 gars sympas- il faudra relire le titre de l’article. Car j’ai bien tourné mon problème dans tous les sens et souvent dans les mauvais, n’est-ce pas? Dites moi si votre réflexion sur votre problème de vie vous emmène pas direct vers des situations sinueuses souvent savonneuses et stressantes sans solutions sereines?! Donc une fois que j’ai bien suer à imaginer le pire, pour bien me faire peur (relire en haut), là je commence à me dire qu’avant d’en arriver là, il existe bien d’autres solutions, et je remonte le fil de mes options. Ces dernières s’avèrent de plus en plus ingénieuses et surtout moins douloureuses pour me rendre heureuse (ah non je suis un gars, c’est juste pour la rime!). Donc je comprends à ce niveau-ci, de ce dont je suis capable. Ouiiiii, j’ai un super pouvoir, enfin, yes, je le savais! Et vous aussi, vous avez ce super pouvoir! C’est beau, hein? Et ce super pouvoir c’est ma (votre) capacité à trouver des solutions tout(e) -ou presque- seul(e) aux complications de la vie.

Quand je me rends compte de ce potentiel qui est en moi, alors tout à coup, j’abaisse mon niveau de stress, tout d’abord: 1.parce que je comprends que je peux avancer avec ma peur ou « problème » sous le bras, 2.qu’il ne m’empêche pas d’avancer, 3.qu’en agissant je réduis mon « problème » à la fois dans ma tête et physiquement dans ma vie. Ainsi, grâce à tous ces bénéfices je vais pouvoir raccourcir tout le chemin que j’ai parcouru depuis le début de l’article afin d’être plus réactif. Je pourrais passer en mode solution(s) plus rapidement car je connais le trajet (et il est long et douloureux), car je sais que que je serais plus serein(e) avec moi-même, car j’en suis désormais capable et que je me fais confiance.

Je tiens à citer un exemple d’une amie. Son témoignage m’a touché d’une part parce que ma posture d’aujourd’hui l’inspire (comme la sienne m’inspire aussi), et d’autre part, car je connais son parcours et que je suis heureux des efforts qu’elle accomplie pour devenir une meilleure personne pour elle et pour sa famille. Bravo.

Elle me dit (attention au langage, on dirait qu’elle fréquente un coach ;)): « croyance limitante: je suis incapable de (…); Travail sur soi et affirmation positive: c’est moi qui l’ai fait!!! Trop fière de moi! »

-elle faisait face à un problème et se convainquait qu’elle ne pouvait se résoudre à le résoudre. Aujourd’hui, elle a décidé de trouver la solution elle-même et d’agir! Résultat: elle a réussi, et en plus elle est fière d’elle! Youpiiiiii!

Vous avez encore le mot « problème » dans votre vocabulaire?

prb-solution